Retour

Magali LAMBERT

Eres una maravilla

« Une fois les paupières closes, nous basculons de l’autre côté de l’éveil, nous partons piocher dans les contenants de toute une vie : coffre à jouet, armoire de classe de biologie, vitrine d’antiquaire, de collectionneur, de grand-mère, magasin de bibelots, échoppe pour touristes, garde-meuble, garde-manger, boîte à bijoux, cartons entassés dans une maison vide… Ce que nous prélevons dans nos musées nocturnes, notre esprit le fragmente, le mélange, le recompose, et ces trouvailles reconstituées forment le décor et les protagonistes de nos rêves, de nos cauchemars.

Magali Lambert nous est semblable, à cette différence près qu’elle pille les yeux ouverts. C’est une ouvrière du songe qui opère au grand jour, une inventrice d’onirique exilée dans la conscience. Elle tamise les vide-greniers, les marchés, les rues, les tiroirs oubliés, garde ce que nous n’avons pas retenu, ce que la vie a délaissé mais que le temps a conservé, ce qui aurait pu être jeté pour de bon mais semble avoir été sauvé de la destruction par son insignifiance même. De ce matériau brut, de ces éléments pauvres, désuets, cassés ou rococos, naturels ou artificiels, elle tire des créations, des machines à mettre en marche l’imagination, à la familiarité troublante, presque dérangeante tant il est perturbant de retrouver dans la vraie vie ce qui ne s’actionne que dans le sommeil.

La photographie est au coeur de la démarche de l’artiste. Elle est outil et participe de la construction de ces curiosités dont elle est le liant, la soudure. Elle fait tenir ensemble des objets aussi hétérogènes qu’un rouage et une corne, une tête de poupée et sa chevelure d’insectes. Ainsi est-elle mécanisme, ressort de ces oeuvres, au même titre que les engrenages des mouvements d’horloge si présents dans la collection. Elle garantit l’unité et l’unicité des inventions mais elle est, dans le même temps, le souvenir de ces assemblages merveilleux, de ces fictions auxquelles, en tant que trace, elle nous fait croire. Chaque cliché de la série du projet « Eres Una Maravilla (Tu es une merveille) » est empreint d’onirisme et de cruauté, et il s’imprime sur notre rétine comme ces rares images de contrebande qui nous restent au matin et que nous contemplons avec une certaine amertume puisque, du puzzle, nous ne possédons plus que quelques pièces. L’envie de voir ces inventions en mouvement se heurte constamment à leur absence mais cette frustration est contrebalancée par un émerveillement d’archéologue et une curiosité qui nous revient de l’enfance. »

Texte du poète Thibault Marthouret, 2013