Retour

Sabrina BIANCUZZI

Le Crissement du temps

Un univers sombre. De rares silhouettes humaines, plus fantomatiques que réelle- ment incarnées. Des espaces vides, expurgés de toute vie. Des objets abandonnés, en attente des protagonistes d’une pièce de théâtre qui n’aura pas ou plus lieu.

Le temps est paradoxe dans les images de Sabrina Biancuzzi : il semble à la fois avoir déserté les lieux représentés et figé le vivant, comme gelé sous un inextricable glacis de gris. Le temps parait pourtant imperceptiblement faire son office. Sournoi- sement et inexorablement en marche.
Olivier Bourgoin