Retour

Jean-Christophe SARTORIS

Le plein S.V.P.

Difficile de différencier nos cités modernes, les paysages sont ce qui reste de singulier d’un endroit à l’autre. Et pourtant ils tendent à disparaitre petit à petit pour s’effacer de notre mémoire collective, comme camouflés derrière une brume hivernale qui s’épaissit avec le temps. La nature se meurt.

Témoignage de ces territoires mutants, agonisants, ces images sont un recueillement devant la lente agonie de la nature tel un requiem poétique et visuel. Elles sont aussi le souvenir de calmes balades solitaires et amoureuses où l’absence de détails permet une libre interprétation que ces couleurs romantiques influencent.